Mesdames, messieurs, vous n’avez pas qu’une moitié du corps

Introduction

Aujourd’hui, je ne vais pas écrire un article basé sur des preuves scientifiques comme d’habitude. Cet article aura davantage pour but de présenter une partie de ma philosophie de l’activité physique. J’aurais aimé blinder mes arguments mais en parcourant le net à la recherche d’articles scientifiques, je me suis aperçu que nombres de mes confrères ne cherchaient qu'à culpabiliser les gens quitte à citer des études complètement fausses pour prouver leurs dires.

Du coup, cet article a pour but d’ouvrir votre esprit à une opinion sur l’activité physique.

Depuis que je me suis lancé en tant que coach sportif, j’ai pu assister en direct à toutes ces demandes féminines que je voyais fleurir sur le net : celles d’axer un programme sportif autour de la Sainte-Trinité suivante :

  • Les jambes (qui sont en réalité les quadriceps, les ischios-jambiers sont donc toujours zappés)
  • Les abdominaux
  • Les fessiers

Et valà. Le reste du corps peut généralement aller se faire voir ailleurs dans ce genre de demande.

C’est assez rigolo quand on y pense car c’est une réplique parfaite de la demande masculine qui elle va se focaliser sur une autre trinité :

  • LES PECS
  • LES BRAS
  • LES ABDOOOOS

C’est Humantogod dans la chaîne YouTube éponyme qui le fait remarquer assez justement. On parle souvent du kéké masculin mais sa version féminine existe réellement.

Là, vous allez vous sentir vexés pour certain(e)s et me dire :

« Et alors ? C’est mon problème. »

C’est vrai. Mais l'on va quand même voir les problèmes que cela peut poser si vous le permettez.

I. Les déséquilibres musculaires

Un déséquilibre musculaire arrive quand un muscle est plus développé que son muscle antagoniste (opposé). Par exemple, si un quadriceps est beaucoup plus musclé que l’ischio-jambier, si le biceps est plus développé que le triceps, et ainsi de suite.

Le fait d’avoir une musculature équilibrée va maintenir les os et les articulations à leurs bons emplacements pendant le mouvement. Si un muscle est trop développé, l’articulation aura tendance à aller dans la direction du muscle trop tendu à cause de la faiblesse du muscle antagoniste.

Sur le long terme, cela peut conduire à des douleurs et un risque accru de blessures. Je l’ai pleinement réalisé lors de ma première rupture du ligament croisé où l’on me disait de bosser les jambes à la salle de musculation. Alors jeune et innocent, j’avais obéi consciencieusement en martelant mes quadriceps comme un jeune idiot. Du coup, je sentais encore des douleurs. Ma kiné de l’époque m’avait alors suggéré de bosser également les ischio-jambiers. Encore une fois, je m’étais exécuté, mais cette fois-ci pour mon plus grand bien.

Trois semaines plus tard, les douleurs avaient disparu.

Le corps est un ensemble de chaînes musculaires et non une collectivité de groupes qui bossent chacun dans leurs coins. Tous les muscles fonctionnent ensemble dans un même but. En délaisser certains ou trop en demander à d’autres nuit à l’harmonie et l’équilibre du corps.

 

II. Une meilleure posture

On effectue une quasi-transition avec les déséquilibres musculaires. Nous vivons aujourd’hui dans une société sédentaire où l’activité tertiaire est majoritairement répandue.

Cette activité tertiaire est souvent synonyme de travail de bureau dans une position assise quasi-statique devant un ordinateur. Ce manque d’activité du corps conduit alors ce dernier à s’atrophier, notamment les muscles du dos et du cou qui vont s’étirer.

Ces zones peuvent devenir douloureuses justement car leurs musculatures s’atrophient petit à petit. Les renforcer peut alors aider à redresser votre posture et à diminuer vos douleurs.

III. Le fun

Travailler plus de muscles est égal à plus de fun. Pourquoi ? Car en acceptant de travailler le haut du corps et le bas du corps, vous allez avoir accès à un tas de nouveaux exercices. Vous allez pouvoir battre des bras à la Battle Rope, faire du soulevé de terre, vous hisser avec le TRX ou sauter des haies.

Pour moi, la découverte de nouveaux exercices participe au renouvellement de la motivation. Celle-là même qui vous permettra d’être discipliné et régulier dans votre pratique sportive.

IV. Une dépense calorique supplementaire

Pour les hommes qui ne travaillent que le haut du corps, il est souvent recommandé de travailler les jambes pour mobiliser d’autres groupes musculaires que les pectoraux et les dorsaux. Les jambes étant de grands groupes musculaires, les travailler permettrait de dépenser davantage de calories et de stimuler une croissance hormonale, notamment la testostérone et donc de produire du muscle plus facilement sur tout le corps.

Mais cette théorie est à prendre avec des pincettes.J’ai bien trouvé des articles expliquant effectivement que la pratique de la musculation augmente la production de testostérone, mais aucun où des sujets travaillant le bas et le haut produiraient plus de testostérone que ceux ne travaillant qu'une seule alternative.

DU COUP, je me dis que la théorie initiale dont je parlais sur la dépense calorique peut être aussi inversée pour les femmes : en négligeant les grands groupes musculaires que sont les dorsaux et les pectoraux, on se prive d’une dépense calorique comme les hommes le font en négligeant les jambes.

En bref, plus vous allez stimuler de groupes musculaires, plus votre dépense calorique sera importante.

V. Mais au final, c’est une question d’esthétisme

Ne nous mentons pas, voir son corps changer grâce à nos efforts est une récompense ô combien gratifiante et l’une des principales motivations de se lancer dans l’activité physique.

Dans le refus des femmes de travailler le haut du corps se cache une peur du bodybuilder. L’image de ces derniers est associée à la musculation. On retrouve cette même « peur » chez les hommes (qui se surestiment carrément pour le coup). C’est ainsi que beaucoup de débutants sur les forums arrivent en disant :

« salut, je voudrais me muscler pour l’été, les pecs et les bras (puis perdre du ventre looool ;)). Je veux juste me muscler un peu. Pas devenir bodybuildé, c’est trop moche !

Merci d’avance ! »

SGROUNF SGROUNF SGROUNF. Déjà, mesdames et messieurs, je suis désolé de vous dire que même si vous le vouliez, une grande partie d’entre vous ne pourrait pas devenir « bodybuildé ». Cela nécessite un volume d’entraînement démentiel, une diète stricte et une hygiène de vie digne d’un Spartiate.

Que l’on aime ou non le physique des bodybuilders, force est d’admettre qu’ils ont réussi grâce à un travail et une constance remarquables.

Donc, ce n’est pas en vous entraînant 2-3 fois par semaine, en buvant des binouzes, kirs et autres whiskys le week-end, et en réduisant vos temps de sommeil pour voir le dernier Games of Thrones que vous y arriverez. Vous en êtes même très loin. Donc, pas d’inquiétude de ce côté-là.

Du coup, mesdemoiselles et mesdames : vous avez encore moins de chances de devenir bodybuildée, désolé pour vous.

Pourquoi ?

Sachant que la croissance musculaire dépend en grande partie de la testostérone et sachant que vous allez en produire entre 0.5 et 3 nanomoles par litre de sang tandis qu’un homme va en produire entre 10 et 30 nanomoles par litre de sang. Un mec produira en moyenne 10 fois plus de testostérone qu’une femme. Et si on rajoute à cela le fait qu’une tripotée de mecs vont à la salle et galèrent pour se muscler alors qu’ils ne rêvent que d’avoir des gros pectoraux et des gros bras.

J’ai envie de vous dire « Soyyyeeeez tranquuuiiilleeees ».

Concernant les hommes, c’est encore pire, le fait de ne pas travailler les jambes vient à la fois d’une fainéantise aiguë et d’un manque de discernement. C’est ainsi que l’on observe souvent les remarques suivantes :

« Pas besoin de travailler les jambes, je fais du foot/je cours/j’ai les jambes musclées génétiquement ».

Curieusement, on ne m’a jamais dit :

« Pas besoin de travailler les pecs, je fais du basket/je lève des pintes/j’ai les pecs musclés génétiquement »

Alors que l'on sait très bien que c'est quand même majoritairement parce que les jambes, c'est quand même très dur à travailler.

Conclusion

Plus sérieusement, sauf peut-être pour une minorité minuscule qui est peut-être, éventuellement, très très musclée de base, je reste persuadé que pour la majorité d’entre vous, intégrer un travail du haut ou du bas du corps dans vos entraînements ne sera que bénéfique pour votre santé, pour votre motivation et pour votre image.

Vous aurez un corps que vous jugerez beaucoup plus beau et plus harmonieux. Vous vous sentirez beaucoup mieux dedans.

Ainsi, j’ai eu le plaisir dernièrement d’avoir eu la conversation suivante avec une cliente :

Elle : « Eh, tu sais quoi, je me suis découvert un muscle dans le dos là (elle me pointe le dorsal)

Moi : « Ah oui, le dorsal, et alors ? Ça te plaît ? »

Elle : « Ouais ça fait une petite ligne, c’est trop cool ! »

Voilà. Je vis pour ces moments que parce qu’ils puent la classe.

Donc si tu veux te muscler le haut du corps, va visiter mon site pour avoir les informations ou contacte-moi par email à coach.oui.coach@gmail.com ! : )