Le jogging est surfait

I.                   Introduction

Nous sommes dans une société qui reconnaît les bienfaits du sport pour le bien-être du corps et de l’esprit de chacun.

Mais nous sommes des créatures optimisatrices. Nous cherchons toujours à comparer plusieurs choix et à sélectionner celui qui nous amènera le maximum avec un minimum d’efforts, ou du moins celui qui semblera le faire.

Le jogging, c'est-à-dire le fait de courir à une allure modérée pendant une unité de temps importante (de 30 minutes à plusieurs heures), devient de plus en plus populaire. Ce qui est fou, c’est que certaines personnes, qui n’avaient jamais vraiment aimé le sport dans leur jeunesse, se décident du jour au lendemain de se mettre à courir. Ils vont alors se découvrir un plaisir suprême à l’effort physique et se lancer dans des efforts titanesques comme des semi-marathons, des marathons ou même des trails.

C’est ainsi que courir est devenu hype avec des événements renommés comme le Color run ou les Nike Runnings que la célèbre marque organise régulièrement et gratuitement. La course de longue durée intéresse énormément de gens qui sont prêts à s’investir dedans, que cela soit par leur temps ou leur argent.

II.                 Avantages

Le premier avantage non contestable du jogging est sa facilité d’appréhension. Vous achetez une paire de baskets à 10 balles en soldes, vous enfilez un short ou un jogging qui traîne et c’est parti. Vous y allez quand vous voulez, où vous voulez. Il y a donc une énorme flexibilité temporelle et spatiale.

Personne ne vous jugera sur votre performance car tout le monde s’en fout et ça leur semblera normal vu que tout le monde court, ce qui nous dirige vers le deuxième avantage.

Beaucoup de monde court. Courir va donc vous apporter un confort et un avantage social. Il sera ainsi très facile de courir avec des copains/copines. Il sera aisé de parler de vos dernières courses et de partager votre passion pour la course vu que les afficionados ne manquent pas.

Ces avantages sont assez conséquents mais ils se limitent à ceux-là.

« Non mais pour le cardio, c’est le plus mieux »

Vu que j’en ai un peu marre d’entendre ça, on va définir rapidement ce qu’est le système cardio-vasculaire.

Il s’agit du système qui distribue par le sang l’oxygène et les nutriments aux différents organes du corps ainsi qu’aux muscles. On distingue la circulation systémique (organes et muscles) et la circulation pulmonaire.

En gros, on veut améliorer le système cardio-vasculaire parce qu’on veut que le cœur fasse son boulot et envoie du sang dans tout le corps. Pour ça, pas besoin de courir, vous faites n’importe quel sport où vous êtes en mouvement (je préfère préciser vu  que certains sports ne sont pas super dynamiques) et votre système cardio-vasculaire s’améliorera.

Vous savez pourquoi cette idée a la vie dure ? Grâce au Docteur Kenneth Cooper qui proclamait dans les années 60 que la course était l’idéal pour le système cardio-vasculaire. Et devinez ce que faisait le bon docteur à la fac ? Gagné : de la course.

Je ne dis pas que le jogging n’est pas bénéfique mais il n’est pas l’unique option.

« Oui mais pour perdre du poids et pour l’endurance, c’est le mieux ».

Non et on va tout de suite passer aux inconvénients pour expliquer tout ça : )

III.              Inconvénients

1.      Perdre de la masse graisseuse

Je suis sûr et certain que vous avez déjà entendu au moins une fois dans votre vie la phrase suivante :

« Si tu veux perdre du poids, tu dois courir au moins 45 minutes »

Faux, faux et archi-faux. On va montrer dans ce paragraphe à quel point ce mythe, qui a malheureusement la vie dure, est basé sur du vent. Donc, non seulement le jogging n’est pas l’unique moyen de perdre du poids mais en plus, il n’y a pas du tout besoin de faire un effort constant sur une longue durée de temps pour perdre du poids.

Mais avant de m’emporter sur cette voie, nous allons mettre au clair deux points importants :

  • Le HIIT (High Intensity Interval Training) et le HIIE (High Intensity Interval Exercice) sont deux méthodes d’entraînement identiques qui consistent à enchaîner plusieurs exercices dans un circuit-training qui vont mobiliser toutes les chaînes musculaires du corps avec un faible temps de repos.
  • Il ne faut pas confondre perdre du poids (où vous pouvez perdre de la masse musculaire) et perdre de la masse graisseuse. Beaucoup de gens disent qu’ils veulent perdre du poids mais en réalité, ils veulent perdre de la masse graisseuse.

Le muscle est sexy, la graisse ne l’est pas. Or, le jogging ne vous permet pas de construire de la masse musculaire car vous n’allez mobiliser qu’une faible part de votre masse musculaire. Au contraire, pendant un entraînement de circuit-training ou musculation, vous avez la possibilité de tout travailler.

Or, un corps musclé est un corps qui a moins de chances d’emmagasiner de la graisse. Car le muscle a besoin de calories pour survivre. Plus vous avez de muscles, plus les calories que vous absorbez iront nourrir ce muscle.

C’est déjà un énorme avantage du circuit-training et de la musculation sur le jogging.

Cette étude en 1999 le montre très bien. Plusieurs personnes avaient un régime très bas (800 calories par jour, les pauvres) et ont été divisés en deux groupes. Le premier groupe faisait de la marche à pied, du vélo et du jogging tandis que le second groupe faisait de la musculation.

A la fin de l’expérience, le premier groupe avait perdu du poids, donc de la masse musculaire, tandis que le second groupe avait seulement perdu de la masse graisseuse.

On retrouve les mêmes conclusions dans cette étude où malgré une dépense énergétique plus forte pour l’effort aérobie (effort de longue durée), l’effort HIIT (High Intensity Interval Training) a eu de meilleurs résultats en termes de perte de masse graisseuse.

Enfin, cette autre étude montre que le HIIE a fait perdre deux kilos de masse graisseuse en 3 mois (et on parle de masse graisseuse, pas de poids, ce qui est un résultat non négligeable).

Ces différentes études montrent bien qu’une activité avec un effort constant et de longue durée est moins efficace que le HIIT pour perdre de la masse graisseuse.

Par contre, si votre but est de perdre du poids, masse musculaire comprise, le jogging sera votre meilleur allié.

2.      Travailler l’endurance

Tout le monde a l’image du boxeur qui va se faire des joggings à 6 heures du matin dans le froid. Du coup, tout sportif qui lira ces lignes aura certainement mangé des kilomètres pendant sa préparation physique de football, de basket, de hand, de lutte ou n’importe quel autre sport.

En effet, bien que les choses commencent à changer, le jogging a longtemps été vu comme l’unique option pour faire travailler la capacité des athlètes à répéter leur performance pendant tout un match.

Or, on revient de plus en plus dessus car on constate dans beaucoup de sports que la préparation physique se doit d’être complète et qu’on gagnerait même à faire moins d’endurance pour être plus performant.

Certes, le jogging vous aidera à savoir courir plus longtemps à un rythme constant sur une longue distance. Le truc, c’est que très peu de sports fonctionnent comme ça. Certes, vous allez devoir être capable de tenir tout un match, mais vous allez surtout devoir être capable de répéter un tas de gestes explosifs : tirer, accélérer, gagner un duel, sauter…

Et ça, ce n’est clairement pas le jogging qui va vous y aider.

3.      Ennui et motivation

Courir n’est pas fun.

Je sais bien que le fait d’aimer une activité est subjectif et que certaines personnes adorent courir. Si c’est votre cas, continuez, c’est super de trouver une activité physique dans laquelle on se réalise.

Mais je pense que le jogging est l’une des pratiques physiques les plus subies. Je suis certain qu’un nombre monstrueux de personnes courent parce qu’ils pensent qu’il faut courir pour perdre de la masse graisseuse alors qu’ils détestent ça.

Or s’ils n’aiment pas ça, ils ne vont pas être motivés. S’ils ne sont pas motivés, ils ne vont pas être disciplinés et ils ne seront donc pas réguliers dans leur pratique ce qui conduira inévitablement à un manque de résultat.

C’est mon cas. J’ai bouffé des tours de gymnase, de piste, des Buttes-Chaumont pour « travailler le physique » quand j’étais handballeur et ça m’a toujours ennuyé au plus haut point. Il n’y a pas d’objectif sur le court terme et pas de fun. Le but est juste de faire une distance ou un temps donné. Il n’y a que peu de variation.

Dès que je n’ai plus été obligé de courir, j’ai arrêté. Car ça m’ennuyait et parce que je ne voyais aucun bénéfice à cette pratique. Certains avancent même que l’être humain n’est pas fait pour ça.

En effet, c’est un argument que j’ai retrouvé à de nombreuses reprises mais qui est très spécieux. Il avance que nos ancêtres marchaient pour couvrir de longues distances et produisaient des efforts intenses pour des périodes de crises : combattre, grimper, nager, échapper à un danger…

Mais jamais il ne parcourait de longues distances en courant car ça n’était pas économique.

Le problème est que cet argument mériterait d’être soutenu par des ouvrages d’archéologie et une recherche. Développer cette bataille qui fait rage sur quelques points du net n’a pas lieu d’être ici. Il serait peut-être intéressant d’y revenir une autre fois.

4.      Il reste un sport comme un autre

Comme tous les sports, le jogging va mobiliser certaines parties du corps davantage que d’autres et va les fragiliser.

En tant que handballeur, j’ai donné mes ligaments croisés à mes performances, mes épaules sont pourries et les ligaments de mes doigts et chevilles sont en miette. C’est comme ça, quand on s’entraîne 3-4 fois par semaine dans une discipline, on a des chances que des troubles en ressortent. Malheureusement, la blessure fait partie de la pratique sportive. D’autant plus que nous n’avons pas la chance d’être suivi par un médecin du sport, un osthéopathe et un kiné en permanence.

Le jogging n’échappe pas à ceci et nombreux sont les nouveaux joggeurs qui se découvrent des tendinites, des périostites, des douleurs aux genoux ou à la voute plantaire. Ce n’est guère surprenant vu que ce sport n’est qu’une succession d’impacts des jambes sur le sol plusieurs heures par semaine.

C’est «normal » mais on a souvent tendance à l’oublier tant le jogging est placé en tant que discipline sans risque qui n’apporte que des bénéfices. Je ne crache pas dessus à ce titre, surtout en tant qu’ancien handballeur, mais c’est simplement une chose dont il faut être conscient.

En conclusion

Si vous aimez courir : continuez. Le plaisir qu’on trouve dans une activité physique est le premier facteur et ce qui vous permet d’être discipliné et régulier dans votre pratique.

De plus, si vous avez un but de performance pour de longues courses, pareil qu’au-dessus : continuez.

Par contre, si vous n’avez pas de but de performance et que vous n’aimez pas courir, ne vous forcez pas. Le jogging n’est pas la meilleure solution pour atteindre vos objectifs de bien-être ou esthétiques.

Essayez de vous motiver pour trouver un circuit-training en poids du corps si vous n’avez pas envie d’investir du temps et/ou de l’argent. Autrement, n’hésitez pas à aller chercher du côté d’une salle et de lever de la fonte ou de faire un cours collectif. Si un sport vous intéresse, n’hésitez pas, il en existe plein qui propose des entraînements encadrés, au pire vous aurez perdu une ou deux heures à tester la pratique.

Sources Articles de vulgarisation

1. http://www.coconutdaily.com/content/why-running-overrated

2. http://www.fatmanunleashed.com/running-is-overrated/

3. http://nortongethealthy.com/good-one-those-us-who-think-running-overrated

4. https://www.t-nation.com/training/jogging-delusion

5. http://www.artofmanliness.com/2013/01/10/5-myths-about-distance-running/

6. http://yourfitcorner.com/sprint-vs-jogging-meilleurs-solution-secher/

7. http://myfitbodylife.com/for-fat-loss-sprinting-is-better-than-jogging/

8. http://www.sunnews.org/beauty-health-fitness/aerobic-exercise-is-overrated-for-weight-loss/

9. http://www.exrx.net/FatLoss/HIITvsET.html

10. http://www.bodybuilding.com/fun/fat_loss_with_interval_cardio.htm

Articles scientifiques

1. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2991639/

2. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3375095/

3. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4327385/

4. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07315724.1999.10718838#.VPnMlfyG9Zt