Tiers-list des livres d’entraînement sportif

Grand amateur de jeux vidéo et de littérature sportive, cela faisait longtemps que je souhaitais écrire un article sur les livres du coaching sportif. C’est pourquoi j’ai décidé d’avoir recours à cet outil de jeux vidéo où des joueurs s’affrontent : la tiers list.

J’ai beaucoup aimé écrire cette liste car elle m’a permis de me rendre compte que je devais changer de méthode de lecture en prenant beaucoup plus de notes car mes souvenirs n’étaient pas suffisants. Secundo, je me suis rendu compte également qu’il était nécessaire de relire certains livres pour en appréhender pleinement le contenu.

Il s’agit d’une liste par catégories allant de la meilleure à la pire. Je vais donc définir les différentes catégories afin d’expliciter mon classement avant de vous donner le classement des 49 livres.

 

God Tiers : Ce sont les livres indispensables à lire pour un coach sportif car ils vont indéniablement avoir un impact sur sa philosophie. Leur lecture provoque des exclamations estomaquées tellement leur contenu est révolutionnaire.

Legend Tiers : les livres ont pratiquement tout ce qu’il faut pour venir taper à la catégorie des God Tiers mais il leur manque un petit truc. Ils comportent un petit défaut qui enraye la mécanique.
Autrement, ils sont pour la majorité une référence à se procurer absolument.

Top Tiers : La troisième catégorie abrite des livres qui ont un contenu très bon mais qui manque de ce côté « Waouh » que comportent les livres du God  et Legends Tiers. De plus, ils peuvent parfois descendre dans cette catégorie à cause d’une construction du livre mal optimisée. Néanmoins, ils contiennent un tas d’informations pertinentes et bien construites.

Mid Tiers : On a ici les livres corrects qui contiennent des bribes de savoirs. On ressort de la lecture en se disant « ah ouais, j’ai appris ça quand même…Mais ça fait chier d’avoir passé une dizaine d’heures de lecture pour deux minutes de savoir ». Bref, on est ici dans les livres avec des contenus inédits mais trop peu développés et en nombre trop restreint.

Bottom Tiers : Ca commence à piquer. On est dans du contenu inintéressant et/ou mal construit. Ca ne révolutionne pas grand-chose mais ça a le mérite de poser quelques contenus de bases à plat et de ne pas dire trop de conneries. Typiquement le genre de livre qu’on abandonne au milieu et/ou que l’on oublie au bout de quelques jours.

Shit tiers : Là, c’est du scandale. On est dans le gros livre de merde. On se demande comment un éditeur s’est dit que ça serait une bonne idée de publier cette bouse. Ces livres sont à brûler sur la voie publique.

 

De plus, les livres seront classés selon mon ordre de préférence au sein de chaque tiers.

I. God Tiers

  • Starting strength de Mark Rippetoe : indéniablement mon livre préféré dans la littérature sportive. Le contenu est exceptionnel et bien catégorisé. En plus de cela, il a la qualité rare d’être bien écrit. On sent vraiment le ton de voix Mark Rippetoe qui est un papy certes opiniâtre mais très attachant.

  • The trigger point therapy workbook de Claire et Amber Davies : Ce livre m’a soulagé à de nombreuses reprises. Il est incroyablement fourni en contenu. J’ai été bluffé plusieurs fois par le fait de reconnaître ma douleur dans la description faite dans le livre et de la soigner grâce aux massages préconisés. Un must-have de tout coach sportif.

  • Becoming a supple leopard de Kelly Starrett : une référence en terme de mobilité. Si vous souffrez de douleurs, c’est l’un des livres à avoir sur sa table de chevet. Il comporte un tas d’exercices d’auto-massages, d’étirements et de mobilisation qui peuvent permettre de lutter contre des douleurs chroniques. On pourra regretter le fait qu’il soit un peu seul et qu’il manque de concurrence. Le deuxième point dommageable est que les exercices ne sont pas liés à des douleurs spécifiques. On se retrouve donc parfois à devoir tâtonner pifomètre mais c’est lié au fait que le domaine de la mobilité reste relativement jeune.

  • Men’s Health power training de Robert Dos Remedios : certains tiqueront en voyant ce livre avant la méthode Delavier mais j’ai kiffé ce bouquin. Je n’étais pourtant pas chaud en voyant que Men’s Health était derrière ce livre. Au final, j’ai été surpris de la qualité du livre. Je trouve que c’est l’un des meilleures livres de programmation qui existe actuellement. Le livre suit un fil rouge et s’y tient. L’auteur applique et illustre à perfection la philosophie de Mike Boyle et on s’éloigne de tous ces livres qui ne font que du listing d’exercice. Un must-have pour qui veut explorer la philosophie pousser/tirer/genou/hanche.

 

II. Legend Tiers

  • Méthode Delavier volume 1 et 2 de Frédéric Delavier et Michael Gundill : les méthodes de Delavier et Gundill sont une fierté nationale et sans conteste l’un des meilleurs ouvrages sur la musculation. Bel ouvrage, il souffre néanmoins d’un manque de construction, les contenus sont complètement éparpillés. Il s’agit donc à mon avis plus d’un livre à consulter qu’à lire. Du coup, j’ai l’impression à chaque fois que je le lis de rater des informations précieuses. Certains prendront cette idée à contrepied en disant qu’il y a toujours quelque chose à découvrir.

  • Nutrition de la force de Julien Venesson : je ne m’estime pas être un spécialiste de la diète. Mais le livre de Julien Venesson m’a permis d’apprendre le minimum à savoir pour être propre avec mes clients. Clair, précis, il dit ce qu’il y a à connaître sur la nutrition sans plus de fioritures. Un indispensable selon moi.

  • Jumpmetrics d’Alan Tyson et de Ben Cook : le meilleur livre sur le travail du saut que j’ai lu jusqu’à maintenant. Ce n’est pas une mince affaire quand on sait les daubes qui existent dans ce domaine.

  • Enter the Kettlebell de Pavel Tsatsouline : je ne me permettrais de dire que ce livre est la référence en terme de Kettlebell car je n’ai pas lu d’autres livres exclusivement dédiés à cet outil mais le livre de mon russe préféré est indéniablement de qualité. Sans mettre du contenu merdique en intro pendant 50 pages contrairement à la majorité des livres de ce domaine, Pavel nous explique simplement les techiques des différents mouvements de Kettlebell. C’est simple, bien écrit, bien illustré et ça nourrira tous ceux qui souhaitent se renseigner sur le maniement de la kettlebell.

  • Anatomie pour le mouvement de Blandine-Calais Germain : il s’agit d’un super bouquin facile à appréhender. On peut y apprendre aussi bien le nom des muscles et des os que les noms des mouvements (abduction, adduction, rotation…). Je regrette simplement l’agencement des contenus. Ainsi, on peut être obligé d’aller à plusieurs endroits différents quand on veut se renseigner sur une partie du corps. Ce qui ne semble pas intuitif. A part cela, c’est un super bouquin à consulter pour en apprendre sur l’anatomie.

  • Advances in functional training : le fameux livre de Mike Boyle. J’ai aimé ce livre pour les différentes idées qu’il apporte (front squat>back squat, le fait que certaines articulations doivent être stables et d’autres mobiles, l’importance de l’interval training dans l’amélioration de l’endurance…). Mais honnêtement, c’est un énorme fourre-tout.  Les changements de section se distinguent seulement par des phrases mises en gras. La police ne change jamais et la taille de caractère change à peine.Le contenu souffre donc au niveau de la lisibilité. De plus, il n’y a pas vraiment de fil conducteur et on saute étrangement de contenu en contenu sans liant pour suivre la réflexion de l’auteur. Néanmoins, cela fourmille d’idées géniales et j’en suis arrivé à la conclusion qu’il se situe dans la catégorie des livres de Delavier, c’est-à-dire qu’il doit être consulté et relu pour être apprécié.

  • Faster, Higher, Stronger de Mark McClusky : j’ai adoré ce livre qui s’attèle à présenter et décrire les facteurs de la performance : génétique, entraînement, dopage…tout y passe et c’est passionnant. Ca permet également de se rendre compte que la performance a une part plus innée qu’on ne l’imagine dans le mythe de la méritocratie.

  • Préparation physique : Prophylaxie et performance des qualités athlétiques de Benjamin Del Moral : un des rares livres écrits par un français qui ne soit pas moyen. Ce qui est drôle avec ce livre, c’est que l’on sent que l’auteur est un réel passionné. Il a voulu mettre tout son cœur et toutes ses connaissances. C’est malheureusement là où ça pêche. On se retrouve avec un fourre-tout où Benjamin del Moral aborde le travail de la vitesse, les auto-massages, les tests de performance, le travail de la force…En écrivant cet article, je me rends compte que les passionnés de ce genre devraient segmenter leur travail au lieu de pondre l’œuvre de leur vie qui s’avère souvent très riche mais un peu (beaucoup ?) indigeste.

  • Huge in a hurry de Chad Waterbury : la présence de ce livre aussi haut dans le classement est peut-être une fantaisie de ma part mais j’adore cet auteur. Il date un peu mais Chad Waterbury est un auteur que j’aime énormément. Je le suivais beaucoup avant qu’il fasse la transition aux horribles pdf/vidéos à 100 balles.
    Le livre a la qualité suprême d’être propre. C’est clair, concis et bien défini. Dans ce livre, on accède à la philosophie de ce coach qui pèse dans le game. Il n’a aujourd’hui rien de révolutionnaire mais il reste à mon avis super efficace.

  • Coaching the mental game de H.A Dorfman : un superbe livre de coaching de sports collectifs qui a façonné ma façon d’aborder le coaching de mes handballeurs. L’auteur était brillant et il disait quelque chose qui est resté gravé en moi à jamais « Le but d’un coach est d’apprendre à ses joueurs à jouer par eux-mêmes. Le moment parfait est lorsque vous restez assis sur le banc et que tout se passe bien ». Depuis, c’est mon objectif final pour toutes les séances que j’encadre : m’assoir sur le côté et regarder le résultat d’un long travail se dérouler.

  • Compléments alimentaires pour le sportif de Frédéric Delavier et Michael Gundill : le troisième livre de Delavier et Gundill dans cette liste. Il s’agit d’un simple catalogue de compléments alimentaires. Simple par l’idée, très bon par le contenu, ce livre répondra aux attentes de tout lecteur désireux d’en apprendre plus au sujet des compléments alimentaires.

 

III. Top Tiers

  • Developping agility and quickness de Jay Dawes et Mark Roozen : c’est la preuve ultime qu’il faut relire les livres d’apprentissage. J’ai détesté ce livre à la première lecture. Je l’avais trouvé creux. Au final, je m’en sers aujourd’hui comme bibliothèque d’exercices. La partie théorique et programme ne m’a jamais atteint mais je trouve la partie exercices vraiment sympa.

  • Periodization training for sports de Tudor Bompa et Carlo Buzzichelli : Référence de la programmation de la préparation physique, Tudor Bompa doit être lu. Le problème, c’est qu’il est dur à lire. Le contenu est très épais, les abréviations sont nombreuses mais au final, le livre est d’une richesse incroyable. Je le mets aussi bas car ma compréhension de cette œuvre est pour l’instant limitée. Je le mettrai sans aucun doute plus haut lorsque je l’aurais relu et davantage compris. C’est vraiment le genre de livre qui me fait dire que je dois lire en prenant des notes de manière facile et accessible. Je passe trop de temps actuellement à lire sans optimiser la retenue d’informations.

  • Sciences and practice of strength training de Vladimir Zatsiorsky et William Kraemer : je vais passer pour un teubé mais voici encore un livre que j’ai beaucoup apprécié mais dont j’ai dû comprendre 20% du contenu. Les auteurs abordent des sujets divers comme la prévention des blessures ou le développement de la force. J’ai bien aimé la construction du livre où chaque chapitre est ponctué de paragraphes indépendants posant des questions vraiment pratiques et intéressantes du genre « Machine contre poids libres », « Quel est le poids idéal d’une médecine-ball ? ». Malheureusement, alors que ces questions sont super spécifiques et intéressantes, elles sont souvent peu développées.Je pense que ce livre est à relire et à consulter un chapitre à la fois afin de bien absorber les informations.

  • Maximal interval training de John Cissik et Jay Dawes : livre sympathique. Il manque néanmoins énormément de structure. Des tableaux sont présents en masse et pourrissent le rythme de lecture. Certains programmes sont livrés par-dessus la jambe (spéciale mention à celui de vitesse), les temps de repos sont souvent zappés. Néanmoins, j’ai beaucoup aimé les phases de tests et la décomposition de la programmation qui sont très bien ficelées. De plus, l’auteur aborde un tas d’outils ce qui peut être sympa pour le débutant.

  • Practical programming for strength training de Mark Rippetoe et Andy Baker : comme pour le premier de livre de Mark Rippetoe, celui-ci est bien écrit, le contenu est propre et facilement lisible. Malheureusement, j’ai abordé ce livre avec l’espoir de ressentir le même plaisir que l’on a éprouvé en lisant le premier livre mais j’ai été déçu. Certes, le contenu est propre mais il n’est pas exceptionnel comme celui de Starting Strength. Practical programming est au final fidèle à son tire. Il s’agit simplement d’un manuel de programmation et la programation, ça n’est pas bandant.

  • The purposeful primitive de Marty Gallagher :  est un livre qui aurait pu être exceptionnel tant l’idée est géniale. Le but de l’auteur est d’aborder les quatre domaines de la force, le cardio, la nutrition et le mental. Pour chacune de ces catégories, il présente les maîtres du domaines avant d’en synthétiser une méthode et de finir par des essais réflexifs sur le domaine. L’idée de base est GENIALE mais la concrétisation ne suit que moyennement. Les parties sont déséquilibrés. La partie force prend la moitié du livre et est beaucoup plus renseigné que le reste. Il en résulte un déséquilibre qualitatif qui mine au résultat final. C’est d’autant plus dommage que l’auteur a vraiment une belle plume même si on ressent un peu trop l’américain de base qui se veut dur au mal.

  • Toughness de Jay Bilas : l’ancien assistant de l’entraîneur de Duke écrit à son tour un livre sur le coaching de sport collectif et s’en tire mieux que son ancien boss. Bien que son puritanisme américain soit insupportable, il arrive à isoler plein de principes importants.

 

IV. Mid Tiers

  • Vertical Foundations de Joel Smith : est intéressant à lire sur le développement du saut. Il a l’avantage de donner des billes techniques que l’on ne trouve pas ailleurs et des parties théoriques intéressantes. Néanmoins, la partie sur la programmation est merdique ce qui est dommage quand on produit un livre sur le développement d’une qualité physique.

  • Se muscler à deux de Norbert Krantz : est un livre typique des éditions Amphora à l’ancienne, c’est-à-dire un catalogue d’exercices à deux au poids du corps. Publié il y a 10 ans, je l’avais beaucoup aimé à l’époque pour faire la prépa physique de mes handballeurs. J’ai aujourd’hui plus de réserves. D’autant plus que le contenu sur Internet s’est multiplié. Mais il reste un livre original.

  • Un corps sans douleur de Christophe Carrio : ce livre a le mérite d’avoir introduit la mobilité en France mais il a mal vieilli. Les exercices sont expliqués par 1 ou 2 phrases ce qui peut rendre certains d’entre eux nébuleux. Les programmes proposés peuvent durer des plombes ce qui les rend irréalisables.

  • Beyond Basketball de Mike Krzyzewski : le fameux entraîneur de Duke a écrit plusieurs livres sur le sujet du coaching de sport collectif. Celui-ci est sympathique. Typiquement le genre de livre dont certaines idées sont importantes mais peuvent se résumer sur trois lignes. Je regrette également le format « trois pages pour un mot » qui me paraît être un procédé de paresseux. Même si je parais sévère, le livre peut en valoir le coup pour absorber quelques idées primordiales que tout coach devrait posséder.

  • Championship team building de Jeff Jansen : un livre sympa sur le coaching de sport collectif qui est malheureusement moyennement écrit. Comme pour tous les livres « corrects » de ce genre, il a le mérite de mettre à plat des principes qui peuvent sembler évidents.

  • Lait, mensonge et propagande de Thierry Souccar : est un livre qui a eu son moment de buzz. Conquis au début, j’en suis revenu grâce à des commentaires de lecteurs qui m’ont montré que les graphiques qui sont parfois douteux. Néanmoins, l’auteur a raison de pointer du doigt un lobbysme du lait qui est puant et envahissant et a réussi et réussit encore aujourd’hui à imposer son produit plus qu’il ne le mériterait certainement.

  • Functional Training de Juan Carlo Santana est un livre classique de programmation et d’exercices. Le contenu n’est ni bon, ni mauvais, il se situe dans une moyenne propre. Le programme a l’avantage d’être plus précis que l’on peut trouver d’habitude. Par contre, les images sont souvent mal placées et perturbent un peu le rythme de lecture.

 

V. Bot Tiers

  • Methode cross training d’Aurélien Broussal-Derval et de Stéphane Geanneau : ce livre est magnifiquement illustré. J’adore suivre les différents contenus de l’auteur sur internet mais j’ai été déçu de la production finale. L’auteur insiste trop à mon goût sur les mouvements d’haltérophilie qui ne sont pas les mouvements les plus abordables au monde.De plus, au final, les illustrations prennent le pas sur le contenu et ça donne un livre qui ne m’avait rien appris à l’époque.

  • High Performance training for sports de David Joyce et Daniel Lewindon : l’idée de ce livre est de donner un chapitre à un auteur et de le laisser développer sa réflexion sur ce sujet. Il en ressort un contenu inégal en qualité d’écriture et en quantité. Certains sujets sont baclés tandis que d’autres sont vus sous tous les angles. Dommage, l’idée était bonne mais elle est mal réalisée.

  • 100% Cross-training de Christophe Pourcelot : encore un auteur que j’adore suivre sur Internet mais dont j’ai été déçu par le livre. Il tombe malheureusement dans le piège de lister les exercices mais n’a pas la place d’en lister beaucoup. Pour la suite, on est dans du classique. On notera la clarté des programmes. Je suis peut-être très sévère avec ce livre mais je m’attendais à quelque chose de mieux de la part d’une spécialiste du cross-training. Au final, c’est un livre banal voir très moyen.

  • Education motrice et gainage de Norbert Krantz : un livre made in Amphora avec une partie théorique très légère suivie d’un listing d’exercices. Ca a au moins le mérite d’être original.

 

  • Guide des mouvements de musculation de Frédéric Delavier : je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de ce livre. Certes il est beau, certes il y a quelques bribes d’informations importantes mais il en ressort une impression de vide assez rageante.

  • The champion’s mind de Jim Afremow : j’ai été vraiment déçu de ce livre. J’attendais un travail de synthèse de l’auteur sur les bonnes habitudes des athlètes. Au final, on est sur du blabla américanisme qui n’offre pas plus de billes que ça.

  • Becoming a personal trainer for dummies de Melyssa St. Michael et Linda Formichelli : un livre sympa pour les novices avec quelques informations sur les entretiens initiaux quand on commence à travailler avec les clients. A part cela, rien de formidable.

  • The metabolic diet de Mauro di Pasquale : 450 pages pour recommander un régime fort en protéines et lipides et faible en glucides, ça fait un gros temps de lecture pour pas grand-chose. Il a au moins le mérite de proposer un tas d’exemples de menus en annexes.

  • L’haltérophilie au service de la préparation physique d’Olivier Maurelli, Bruno Parietti et Marc Vouillot : j’avais lu beaucoup de bien sur ce livre et j’ai été déçu. La programmation est absente. Les contenus sont très peu développés. J’ai vraiment eu le sentiment d’en apprendre très peu sur l’haltérophilie en lisant ce livre.

  • Core training de Mark Verstegen et Pete Williams : j’avais lu que cet auteur était incontournable dans le monde du coaching sportif. Je n’ai vraiment pas compris pourquoi en lisant ce livre. On est dans de la promotion américaine de base avec de la programmation sportive basique. Bof, passez votre chemin.

  • Prévention des TMS chez le sportif de M. Julia et al. : j’étais dégoûté en finissant ce livre. Il s’agit d’un recueil de questions auxquelles on répond par des synthèses d’études scientifiques. Les questions sont passionnantes mais….les réponses sont ennuyeuses. Elles n’apportent pas de contenu pratique et sont parfois même bâteaux.

VI. Shit tiers

  • Plyometrics de Donald A.Chu et Gregory D.Myer : un livre médiocre sur le saut. Donald A.Chu est peut-être un grand chercheur mais il est médiocre auteur.

  • Movement Functional Movement Systems de Gray Cook : je vais me faire passer au lance-flammes pour mettre ce livre ausis bas mais je n’ai pas compris la réputation de ce livre. Il est super dense, chiant à lire et surtout blindé de théories avec des applications pratiques DE-GUEU-LASSES.J’étais motivé pour prévenir les blessures de mes handballeurs et j’avais pris la lecture de ce livre à cœur. Au final, je n’ai pas compris comment appliquer la méthode de Gray Cook car son contenu est tellement dense qu’il en devient incompréhensible.

  • Musculation athlétique de Christophe Carrio : « coucou, je mets une liste d’exercices, quelques exemples de circuits et j’en fais un livre ». Spécial Amphora. Aucun intérêt.

  • Finding the zone de Michael Lardon : je suis fasciné par la performance sportive, notamment dans les sports collectifs avec un rythme rapide où l’on peut enchaîner plusieurs bonnes actions comme le basket ou le handball. Le principe de zone m’a ainsi toujours intéressé. Comment se fait-ce qu’à un moment, on va rentrer dans une transe où l’on devient inarrêtable ? Comment peut-on pencher vers cela ?J’ai acheté ce livre pour y trouver des réponses…Et je n’y ai trouvé que du charlatanisme. De la merde.

  • Jump attack de Tim S. Grover : “Salut, je suis l’ancien préparateur physique de Michael Jordan, Kobe Bryant et de Dwyane Wade et je vais le rappeler sans cesse dans le livre en utilisant cela comme argument d’autorité. »

C’en est pathétique. Le mec ne justifie et n’explique jamais rien. Il dit juste « J’ai coaché Jordan donc faites ça ». Ce génie.

  • Sport, santé et preparation physique de Thierry Maquet et Rachid Ziane : j’avais acheté car le livre avait été écrit par un de mes profs de fac. J’ai été dégoûté : arguments mal construits, bibliographie légère et conclusions pas foudroyantes.

  • La boîte à outil de l’entraîneur de François Ducasse : Le vide absolu.

  • Jumping into plyometrics de Donald A. Chu : le pire livre sur le sport que j’ai lu de ma vie. Une vraie purge.

2 commentaires sur « Tiers-list des livres d’entraînement sportif »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les contacts